N'oublie pas d'être heureuse [Christine ORBAN]

Publié le par estreya

"Ma mère disait : "N'oublie pas ton chapeau." Mon père disait : "N'oublie pas d'être heureuse", et la recommandation valait en toute occasion. C'était à la fois plus simple et plus compliqué : attraper le bonheur comme un gilet dans un placard. Trop impalpable, trop indéfinissable, en cela il ressemblait au sommeil qui ne venait pas si on y pensait. Fifi avait une solution bien à elle, la vie n'était envisageable qu'à condition "d'être mince et d'habiter à Paris". Une fois à Paris, les conditions s'enchaînaient toutes aussi surprenantes les unes que les autres. Parmi les plus saugrenues et en première position , elle avait trouvé : la nécessité d'être snob."

 

"Sofia se méfiait du rêve. Elle trouvait mes positions dangereuses, elle disait des choses différentes de maman,elle ne parlait pas de ce qu'on avait, le temps, le soleil, la mer en bas de la maison, elle parlait de ce que je n'avais pas encore et du danger de fonder un bonheur sur rien de concret. Elle disait "Qui c'est si c'est mieux ailleurs?". Elle disait "On ne peut pas manger plus de trois fois par jour, dormir dans plusieurs lits en même temps."

 

Ce n'est pas de la grande littérature, mais un joli livre qui nous fait revenir à l'essentiel. Savoir que le bonheur est à portée de doigts. N'oublions pas d'être heureux.

Publié dans Littérature

Commenter cet article